Infographique résumant 5 bonnes pratiques pour favoriser la déconnexion au travail

La déconnexion, les bonnes pratiques

Nous sommes vendredi, il est 19h30. Vous avez terminé le travail depuis 17h30 et vous recevez une notification sur votre téléphone cellulaire affichant un nouveau courriel de la part de votre collègue. Ignorez-vous le message ou allez-vous le consulter?

Si vous avez un sentiment de pression de devoir rester connecté après vos heures de travail, et bien vous n’êtes pas seul.e. D’après un sondage réalisé en 2018, 50 % des travailleurs québécois (échantillons de 637 personnes) disaient vivre une pression officieuse de rester connecter en dehors des heures de travail (Ordre des conseillers en ressources humaines agréées, 2019).

Se déconnecter du travail, c’est pouvoir arrêter de travailler et ne pas se sentir obligé de répondre à des questions liées au travail ou à votre employeur en dehors des heures de travail établies. Au Québec, il n’y a aucune loi qui réglemente la déconnexion au travail comme c’est le cas au Portugal, en France et en Belgique. Même si ce n’est pas une loi au Québec, il est important d’instaurer un environnement de travail sain qui permet à tous de déconnecter du travail.

En tant qu’employeur ou gestionnaire, vous pouvez faire plusieurs choses pour encourager la déconnexion du travail. En voici la synthèse dans l’infographie suivante.

Infographique résumant 5 bonnes pratiques pour favoriser la déconnexion au travail

Sources :

Écrivez-nous!

Vous aimez le visuel? Vous aimeriez rendre votre information visuelle et accessible? Contactez nos experts!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Illustration vectorielle d'un gestionnaire guidant son équipe son équipe à l'aide de Novaconcept

Guidez vos équipes dans leurs formations en ligne

La formation continue est devenue un incontournable du marché du travail. Elle permet de rester à jour dans un monde où les connaissances sont en constante évolution. C’est aussi une bonne façon d’enrichir ses pratiques professionnelles, à condition de mettre toutes les chances de son côté. Comme gestionnaire, vous pouvez aider vos équipes à tirer le meilleur parti de chaque formation en ligne.  Voici quelques astuces que vous pouvez mettre en application avant, pendant et après une formation en ligne pour de meilleurs résultats.

Un environnement d’apprentissage favorable

Afin que votre équipe tire le maximum de sa formation en ligne, il est nécessaire de mettre en place des conditions d’apprentissages optimales. D’abord, il est important de connaitre les objectifs de performance recherchés et de les communiquer clairement à votre équipe.

Pour ce faire, posez-vous les questions suivantes :

  • Quel est le thème de la formation?
  • Pourquoi est-ce important de mettre à jour les connaissances sur ce sujet?
  • Quelles compétences devraient être développées au cours de cette formation?

Lorsque votre équipe connait les motivations et les objectifs de l’entreprise, elle est en mesure de bien comprendre l’intérêt de la formation et de repérer plus facilement les moments où elle pourra utiliser ces nouveaux savoirs. Si vous avez de la difficulté à définir vos objectifs, notre expertise en conception pédagogique pourra vous être utile pour identifier vos besoins et la meilleure façon d’y répondre.

Ensuite, pour que vos employé.e.s accordent l’attention nécessaire à cette formation, ils doivent voir que vous y accordez autant d’importance. Encouragez-les à réserver un moment dans leur horaire pour participer à la formation, comme ils le feraient pour une réunion obligatoire. Planifier un moment pour suivre la formation permet de bien organiser ses tâches et encourage les apprentissages. Vous pouvez aussi favoriser un environnement d’apprentissage optimal en partageant de bonnes pratiques pour limiter les sources de distraction et ainsi, permettre à votre équipe de rester concentrés tout au long de la formation. Fermer sa boîte courriel, mettre son téléphone sur silencieux, se mettre indisponible sur TEAMS et informer ses collègues que vous ne serez pas disponible pendant la période de formation, sont tous des gestes que vous pouvez promouvoir. Permettre à tous les membres de l’équipe d’être bien concentré tout au long de la formation encouragera à prendre la formation au sérieux et à mieux assimiler les nouvelles informations.

Comportements pendant la formation

Vous pouvez aussi guider votre équipe afin qu’elle adopte un comportement actif tout au long de la formation. Lorsque l’on veut développer de nouvelles compétences, avoir une attitude passive n’est pas suffisant. Voici quelques astuces pour favoriser l’engagement lors de la formation en ligne :

article guider vos equipe dans la formation pointer

Que ce soient des mots clés, une représentation graphique d’un concept ou le résumé d’une nouvelle procédure, l’important est de s’approprier le contenu de la formation en l’expliquant à leur façon.

Il s’agit d’une façon simple de demeurer alerte tout au long de la formation. Le but est d’apprendre de nouvelles choses, il est donc primordial de vérifier sa compréhension en mettant immédiatement en application ce qui vient d’être appris.

Les erreurs font partie de l’apprentissage et elles nous permettent de progresser. Si les membres de votre équipe se trompent, cela prouve leur engagement dans la formation et leur tentative de mettre en application ce qui est en cours d’apprentissage. Rappelez-leur qu’il est toujours possible d’apprendre et de s’améliorer.

On observe une meilleure rétention des connaissances lorsqu’on leur trouve une utilité dans le quotidien. Ceci permet de réactualiser rapidement ce qui a été appris.

Réactiver les nouveaux savoirs après la formation

Le travail n’est pas encore terminé une fois que la formation est complétée par l’ensemble de votre équipe. Il faut maintenant mettre en pratique ces nouvelles connaissances dans un contexte réel.

La première étape est d’encourager les membres de votre équipe à discuter pendant et après la formation de ce qu’ils ont appris. Vous pourriez, par exemple, créer un canal TEAMS à cet usage, un forum ou même faire une courte réunion. La discussion entre collègues permet de valider la compréhension, de consolider les apprentissages et de faciliter la formation de liens entre les connaissances antérieures et les nouvelles connaissances.  La deuxième étape consiste à utiliser ce lieu d’échange pour donner des exemples concrets où ces nouvelles compétences peuvent être utilisées. Vous pouvez aussi présenter des mises en situation et demander à votre personnel quelle serait la meilleure approche en fonction de ce qui vient d’être appris. Plus les nouveaux savoirs sont utilisés rapidement et régulièrement après la formation, plus ils seront maitrisés. De plus, cela démontrera à votre équipe la pertinence de la formation en rappelant les objectifs présentés en début de processus. Il est possible de prévoir ce genre d’activité de réactivation et consolidation des apprentissages avec notre équipe en conception pédagogique. Ainsi, vous n’aurez qu’à présenter ces activités en temps voulu.

Ces astuces vous permettront de développer une culture d’apprentissage au sein de votre équipe ou de votre entreprise, tout en encourageant votre personnel à poursuivre leur développement professionnel continu! De fait, acquérir de nouvelles connaissances et développer de nouvelles compétences qui seront rapidement mises en pratique a un effet positif sur le niveau de confiance et de créativité des apprenant.e.s. Vous encouragez aussi votre équipe à être proactive lorsque vient le temps de trouver des solutions et de repenser ses méthodes de travail pour être plus efficaces. La formation continue est devenue un incontournable parce qu’elle permet à la fois aux apprenant.e.s de continuer de se développer professionnellement et aux entreprises de faire face aux nouveaux défis de façon créative et innovante. Et Novaconcept et là pour vous accompagner dans la réalisation de ces deux objectifs complémentaires!

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Illustration vectorielle d'une neurone vue à la loupe sur un cerveau

La neuroplasticité : activons nos neurones!

Depuis le début de l’année, vous souhaitez apprendre à jouer un nouvel instrument ou à utiliser un nouveau logiciel pour un nouvel emploi. Vous essayez, mais ce n’est pas un succès. Vous vous dites qu’il est peut-être trop tard pour acquérir de nouvelles compétences ou maîtriser de nouvelles technologies. Détrompez-vous, sachez que vous avez tout pour continuer d’apprendre!

Notre cerveau change, s’adapte et évolue continuellement en fonction de nos apprentissages, de notre environnement et de nos actions. Cette malléabilité du cerveau est possible grâce à ce qu’on appelle la neuroplasticité. Ces changements modifient la communication entre nos neurones tout au long de notre vie. Cette communication, activée par des processus, affecte la mémoire et soutient l’apprentissage. Chaque fois que les neurones s’activent et communiquent entre eux, leur connexion se renforce. Nos nouvelles expériences, qu’elles soient réalisées au travail ou dans un cours de langue, multiplient les liens entre nos neurones et nous permettent d’apprendre tout au long de votre vie. Chez Novaconcept, c’est cette capacité à apprendre continuellement qui nous permet d’aider nos clients à atteindre leurs buts en créant des formations adaptées à leurs besoins.

Animation des neurones en action, illustrant la neuroplasticité

La neuroplasticité et l’apprentissage

La neuroplasticité du cerveau est une faculté qui met en lumière cette capacité de s’améliorer et d’apprendre. Prenons un exemple concret pour mieux comprendre le concept de neuroplasticité.

Imaginez que vous arrivez dans une nouvelle ville. Vous devez aller à l’épicerie en voiture. La première fois que vous quittez votre logement (point A) pour vous rendre à l’épicerie (point B), vous avez les yeux rivés sur votre GPS. La fois suivante, vous lâchez plus facilement le téléphone de vos yeux. Après un certain temps, vous vous sentez plus à l’aise, vous connaissez le trajet presque par cœur. Cela devient pour vous un automatisme, c’est-à-dire que la communication entre le neurone A et le neurone B se fait aussi bien que le trajet du point A au point B. Un jour, vous êtes en route vers l’épicerie et la rue que vous empruntez habituellement est barrée. Vous êtes alors sous le choc et vous décidez de prendre un nouveau chemin. Vous devez vous concentrer et essayer de trouver un chemin qui mène à l’épicerie. Une nouvelle connexion entre le neurone A et B est née!

Comme illustré par cette image, pratiquer est le mot d’ordre pour garder votre trajet en tête et être alerte à tout ce qui vous entoure. Ça se prête aussi à votre apprentissage! Plus vous pratiquez, plus vos neurones communiquent ensemble. Ils se renforcent et facilitent l’apprentissage. En revanche, si vous apprenez quelque chose de nouveau, la communication entre vos neurones demandera beaucoup plus d’efforts. De plus, si vous cessez de pratiquer, peu à peu, la communication s’affaiblira et disparaitra de votre mémoire.

Le manque de sommeil, l’anxiété et le manque de motivation font partie des obstacles aux nouvelles connexions entre les neurones. Quand ces obstacles s’additionnent, nous nous trouvons en surcharge cognitive. Ces facteurs peuvent rendre votre apprentissage plus difficile.

Comment éviter la surcharge cognitive et optimiser les apprentissages?

Avez-vous déjà essayé de lire un livre en écoutant la radio? C’est plutôt difficile! C’est dû à la capacité limitée de la mémoire de travail. Dès que vous atteignez cette limite, le cerveau arrête d’apprendre, nous appelons cela la surcharge cognitive. Même s’il y a des facteurs que nous ne pouvons pas contrôler lorsque nous sommes en situation d’apprentissage, il est possible de même prendre des actions qui permettent de réduire cette charge cognitive :

  • Avoir un état d’esprit de développement ; c’est-à-dire comprendre que vous développez des compétences par la persévérance et l’effort et qu’il est toujours possible de faire mieux.
  • Réduire les distractions : éteindre notre téléphone, désactiver nos notifications de notre ordinateur et fermer la porte.
  • Commencer la formation avec quelques respirations pour diminuer toute source de stress.
  • Prendre des pauses.
  • Revisiter les formations. Participer à d’autres formations sur le même sujet et pratiquer les nouvelles et anciennes connaissances pour créer des liens solides entre elles.

Chez Novaconcept, nous croyons en la neuroplasticité de chacun. Notre rôle est de retirer le maximum d’obstacles pour faciliter l’acquisition de nouveaux savoirs! Nous pouvons vous aider à être le maître de vos apprentissages et faciliter votre développement continu. Plusieurs stratégies établies par l’expertise de l’équipe de conception pédagogique et de production multimédia facilitent l’apprentissage. Pendant la création de formations, nos experts assurent une structure de l’information qui permet la création de bons réseaux neuronaux dans votre cerveau. Nous varions les approches pédagogiques pour activer vos neurones et nous créons des graphiques réfléchis et de qualité.

Enfin, c’est ensemble que nous continuerons d’apprendre de manière efficace.

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


emendo 19 avril 2022 2 01

Emendo avec un grand E

En collaborant avec nous sur des projets de formation, vous avez sans doute déjà cliqué sur ce petit “ e “ en haut à droite des formations en ligne que nous vous livrons afin d’en faire la validation. Ce faisant, vous utilisiez notre outil maison de gestion des corrections : Emendo.

Cette application discrète, mais ô combien utile, est développée à l’interne par notre équipe de programmation. Ils et elles réalisent un travail remarquable dans le but de fluidifier nos processus technologiques.

Suivant une approche d’amélioration continue, nous avons développé davantage notre outil Emendo pour lui ajouter plusieurs nouvelles fonctionnalités. En des termes plus techniques, disons que « nous avons fait évoluer notre Pokémon » et il passe moins inaperçu.

Voici en rafale quelques nouveautés à la suite de l’évolution d’Emendo :

  • La plateforme a été entièrement redésignée pour offrir une expérience de navigation intuitive à ses utilisateurs.
  • Le panneau permettant d’inscrire ses commentaires offre de nouvelles options afin de préciser ses demandes et améliorer la communication. Par exemple, il est maintenant possible de tracer des flèches pour pointer des éléments ou encore de dessiner des rectangles pour encadrer une zone à l’écran. Il est également possible d’indiquer si la correction concerne la narration, le visuel ou le texte à l’écran grâce à des étiquettes!
  • L’ajout de la commande Correction terminée permet d’informer automatiquement Novaconcept que la ronde de validation est officiellement terminée.
  • Le tri des demandes de corrections est simplifié grâce à un ensemble de filtres. Il est possible de filtrer les demandes en fonction notamment de leur auteur, de leur date de création, de leur type d’étiquettes (narration, visuel, à l’écran), etc. Cette même fonction de tri est disponible pour les rapports téléchargeables!
  • Les versions antérieures des liens de validations sont consultables en tout temps afin de suivre l’évolution du cours de ronde en ronde.
  • Et plus encore!

Développer cet outil à l’interne nous offre beaucoup de flexibilité et une grande maitrise de nos processus. Nous avons été à l’écoute des besoins de nos partenaires pour améliorer l’outil afin d’offrir une meilleure expérience utilisateur. Autant vous dire que nous avons très hâte de placer cette version évoluée d’Emendo entre vos mains!

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Illustration sur la procrastination

Procrastination quand tu nous tiens!

Votre boîte de courriel est vide, vos papiers sont classés, votre bureau est d’une rare propreté et vous avez enfin pris le temps de faire cette formation sur la civilité au travail. Une grosse journée vient de se terminer. Cependant, vous n’avez pas touché à ce qui était le plus important et le plus urgent sur votre liste. Bref, vous avez procrastiné.

Vous tentez de vous convaincre que tout ce que vous avez fait pendant la journée était vraiment utile, que cela va vous permettre de mieux vous concentrer sur cette tâche importante et qu’il vous reste amplement de temps pour l’accomplir. Pourtant, vous vous sentez mal, et le stress refait irrémédiablement surface. Ce n’est pas la première fois que vous vous retrouvez dans cette situation et, bien que chaque fois vous vous promettiez que ça n’arriverait plus, vous vous surprenez encore et encore à procrastiner. Les applications de gestion de temps ne semblent pas vous aider et vous avez de la difficulté à trouver la motivation pour commencer et accomplir la tâche.
Illustration d'une personne dépassée
Contrairement à la croyance populaire, on ne procrastine pas par paresse ou à cause d’une mauvaise gestion du temps. La procrastination est en fait une incapacité à gérer des émotions négatives comme la peur de l’échec, l’anxiété, l’insécurité, le perfectionnisme, le manque de confiance en soi et le sentiment d’incompétence. On repousse la tâche à plus tard afin de ne pas ressentir ces émotions. Mais rapidement, le fait de toujours repousser la tâche augmente notre stress. On voudrait avancer, mais la peur d’échouer est trop grande et on finit par avancer seulement quand la peur de ne rien accomplir du tout prend le dessus.

Nous connaissons les conséquences de procrastiner une tâche et le regret qui suit généralement. Alors, pourquoi continuons-nous à la faire? Pourquoi est-ce une habitude si difficile à briser? D’abord, notre cerveau est programmé pour répondre à nos besoins immédiats, dans ce cas : ne pas vivre une émotion négative. Il a beaucoup de difficulté à se projeter dans le futur et considère généralement notre moi-futur comme une personne différente. On appelle cela le « present bias ». C’est pour la même raison qu’on repousse le début d’un nouveau programme d’entrainement, le changement d’habitudes alimentaires et de commencer à épargner pour notre retraite. Tous ces gestes demandent un sacrifice dans le présent (émotion négative immédiate) pour une récompense dans le futur (qui profitera à un ‘’autre’’).

La procrastination est aussi encouragée par des distorsions cognitives, qui viennent justifier celle-ci. Par exemple, on pense que notre motivation sera plus grande plus tard ou qu’il faut être dans de bonnes dispositions pour faire cette tâche. La réalité, c’est qu’il est impossible que notre motivation soit à 100 % chaque heure de chaque jour! Il est préférable de se discipliner à commencer la tâche, car généralement, la motivation suit la prise d’action. On peut aussi surestimer le temps qu’il nous reste ou sous-estimer le temps réel que la tâche prendra. Finalement, la personne qui procrastine de façon chronique a souvent l’impression qu’elle n’a pas le droit à l’erreur. Elle pense que le résultat obtenu représente ses habiletés réelles et donc sa valeur personnelle. Elle met donc en place des conditions désavantageuses qui expliquent son échec sans remettre en doute ses capacités. Procrastiner et mettre peu d’effort dans une tâche serait une forme de protection, puisque si le résultat est mauvais, c’est parce qu’on n’a pas été en mesure de donner le meilleur de nous-mêmes.

Il existe aussi des situations ou des tâches qui sont plus propices à la procrastination, qu’on soit un procrastinateur chronique ou non. Naturellement, tout le monde procrastine les tâches qui sont pénibles, stressantes ou fondamentalement ennuyeuses, nous aurons toujours mieux à faire que de laver notre frigo. Cependant, on observe aussi une plus grande propension à la procrastination lorsqu’on a peu d’autonomie dans l’accomplissement d’une tâche. On préfèrera attendre la personne responsable pour avancer plutôt que de devoir recommencer. Avoir des consignes trop vagues ou trop ambiguës nous amène aussi à repousser la tâche puisqu’on n’est pas en mesure de bien évaluer quelles sont les attentes, le risque d’échouer est donc plus grand. Il en va de même pour une tâche qui manque de structure. On ne sait pas par où commencer et ce qui est le plus important. On préfère donc mettre la tâche de côté. Finalement, l’absence d’échéancier ou de date de remise précise nous donne l’impression qu’on a encore beaucoup de temps devant nous, nous n’avons donc pas besoin de commencer maintenant. En fait, la psychologie démontre que lorsqu’on a de nombreuses choses à faire, on travaille plus vite. Ceci est dû au fait que la peur de ne pas avoir le temps de tout faire est plus grande que celle de ne pas exécuter parfaitement les tâches.

Comment changer nos habitudes?

Il y a plusieurs choses que l’on peut faire pour réduire, voire éliminer nos moments de procrastination.Icône réduction de la procrastination

La première version n’a pas besoin d’être parfaite, elle a juste besoin d’être faite. Une fois qu’on aura commencé la tâche, il sera plus facile de demander de la rétroaction ou d’améliorer quelque chose qui existe. De plus, comme nous l’avons dit, l’action mène à la motivation! En faisant quelque chose et en se donnant le droit que ça ne soit pas parfait on réduit le stress et l’anxiété reliés à cette tâche.

Donner une place à la réussite favorise notre sentiment de compétence, nous encourage à continuer d’avancer et à essayer de nouvelles choses.

Rien ne sert de continuer de regretter nos agissements passés, on ne fait qu’entretenir des émotions négatives. Il est préférable de se pardonner et d’agir sur les choses que l’on peut contrôler afin de ne pas revivre ces sentiments de culpabilité et de stress qui découlent de la procrastination.

Apprendre à reconnaitre ce qu’on fait quand on procrastine et écarter les tentations. Prendre conscience de nos mécanismes de procrastination nous permet de les éviter, mais aussi d’identifier les moments où l’on procrastine.

Être productif ce n’est pas nécessairement une question de la quantité de choses que l’on a faites dans la journée, mais plutôt de faire des choses qui sont utiles, qui ont de la valeur. Certaines tâches, comme faire l’inventaire de tout le matériel de papeterie du bureau, prennent beaucoup de temps, mais ont une faible utilité. On priorise les choses qui ont le plus de valeur.

Au lieu de penser aux raisons pour lesquelles on n’a pas envie de la faire, on se concentre sur les bénéfices de faire cette tâche. Finir une formation qui nous permettra d’appliquer sur le poste de nos rêves, par exemple. Il est aussi important de se rappeler que notre valeur n’est pas égale au résultat qu’on obtient dans une tâche. Le fait de commettre des erreurs ne veut pas dire que nous sommes incompétents, cela veut seulement dire que nous continuons d’apprendre.

Si une consigne, ou les attentes pour une tâche ne sont pas claires, posez des questions à la personne-ressource. Vous démontrez alors votre proactivité et serez davantage en mesure d’entreprendre la tâche avec confiance.

Toutefois, même en mettant tous ces trucs en application, il est impossible d’éliminer complètement la procrastination, nous restons des êtres humains! Certaines tâches resteront fondamentalement ennuyeuses ; notre concentration sera moins bonne certaines journées et une multitude de distractions sont disponibles au bout de nos doigts par l’entremise de nos téléphones intelligents. Cependant, tant que cette procrastination reste occasionnelle et qu’elle n’augmente pas notre niveau de stress et d’anxiété, on peut se permettre quelques dérivations sans inquiétude.

Références :

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Illustration de la culture d'apprentissage en entreprise

La culture d'apprentissage en entreprise

On dit que l’on récolte ce que l’on sème. Et si on cultive le savoir et l’apprentissage dans une entreprise, quelles seront les retombées? Un champ des possibles s’offre à vous. Instaurer une culture d’apprentissage dans votre entreprise, à l’aide d’outils adéquats et des meilleurs conseils, est une façon de multiplier vos ressources pour atteindre vos objectifs.

La culture d’apprentissage en bref

Poursuivre son apprentissage et se perfectionner au travail sont des incontournables pour la nouvelle vague de travailleuses et de travailleurs, dont la curiosité et l’autonomie sur le plan de la formation font de ces personnes des atouts pour quelconque entreprise. 1

  • Une culture d’apprentissage se résume à un ensemble de façons de faire et d’être qui valorise l’acquisition de nouvelles connaissances et le développement des compétences.
  • Elle se manifeste de plusieurs façons, notamment sous la forme de formations formelles, de partage de connaissances et de compétences entre collègues, de réflexions collectives sur les bonnes pratiques, ou encore de développement organisationnel.
  • La culture d’apprentissage nécessite un climat propice à l’innovation, où l’erreur est permise. Les défis sont perçus comme des occasions de mettre en pratique de nouvelles connaissances ou compétences. Les apprentissages sont partout et peuvent être réalisés à tout moment.
  • La rétroaction (feedback), durant un projet ou après une formation, est un levier de changement qui est au cœur de la culture d’apprentissage. Les commentaires constructifs qui en ressortent permettent de rectifier le tir et de valoriser les progrès individuels et collectifs.
  • La culture d’apprentissage est transversale. En effet, elle se retrouve dans plusieurs sphères d’une entreprise, dans le quotidien de chaque personne de votre équipe, dans les différents groupes de travail, etc. Par conséquent, elle doit être mise en pratique à tous les niveaux.

Finalement, la culture d’apprentissage figure parmi les solutions pour la fidélisation du personnel dans leurs fonctions respectives. En effet, il semble que le personnel qui a accès à différents types de formations soutenues par leurs employeurs reste plus longtemps dans leur fonction. Cela s’explique entre autres par la qualité de l’environnement de travail, la valorisation de l’expertise et la présence d’un lien affectif avec l’entreprise. 2

Quelques Novaconseils pour une culture florissante

 

  • Planifier une stratégie globale permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les parcours de formations pour acquérir des compétences spécifiques. Un diagnostic de structure de formation peut être bénéfique pour votre organisation. De cette façon, chaque solution proposée sera conforme à vos besoins et à vos valeurs.
  • Prévoir des solutions d’apprentissage fondées sur les demandes spécifiques des membres de votre équipe afin d’alimenter leur développement personnel et professionnel. Celles-ci peuvent être innovantes et sortir de l’ordinaire notamment avec l’apprentissage par le jeu qui permet de créer des liens entre les membres d’une équipe, comme l’offre la plateforme MINKA.
  • En tant que gestionnaire, valoriser le temps dédié à la formation en accordant un nombre d’heures par mois pour cette activité démontrera aux membres de votre équipe l’importance que vous donnez à leur apprentissage.
  • Pour créer une culture luxuriante, il faut des outils adéquats. Il est important de tenir compte de l’accessibilité et de la convivialité des outils technologiques consacrés à la formation. Ces aspects ont un impact majeur sur l’intérêt porté aux formations et sur l’apprentissage.

Un partenariat enrichissant

Mettre en place une culture d’apprentissage avec l’aide de NOVACONCEPT signifie être accompagné à chaque étape et créer une collaboration par une mise en commun d’expertises pour la réalisation de vos projets. Que ce soit pour la diffusion de dispositifs d’apprentissage, pour du contenu aux designs créatifs créés sur mesure, ou pour la conception de modules de formations aux méthodes d’apprentissage variées et engageantes, comptez sur nous pour vous aider à cultiver le savoir.

Sources :
1 https://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/global/Documents/About-Deloitte/gx-millenial-survey-2016-exec-summary.pdf (consulté le 2022-01-27)
2 https://www.revuegestion.ca/fidelisation-ou-retention-pourquoi-vos-employes-restent-ils (consulté le 2022-01-27)

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Comparaison entre une athlète en planche à neige et une personne utilisant un casque de réalité virtuelle (VR)

Le VR pour athlètes olympiques et autres métiers dangereux

Compétitionner dans un sport à un niveau d’élite, comme c’est le cas des athlètes olympiques, demande beaucoup de persévérance et d’assiduité. Les entrainements sont aussi importants que les compétitions, puisque c’est là qu’on apprend à maitriser les mouvements qui mèneront à la victoire.

La pandémie est venue mettre en péril les rêves olympiques de nombreux athlètes. La fermeture des centres d’entrainement, l’annulation de compétition et la difficulté de voyager pour se rendre sur les sites d’entrainement et de performance (notamment les centres de ski) ont bouleversé les façons de faire. Les athlètes ont dû s’adapter rapidement, trouver d’autres lieux d’entrainement et changer leurs méthodes pour rester les meilleurs de leur catégorie.

Dans une telle situation, les nouvelles technologies comme la Réalité Virtuelle (VR) ont été d’un grand secours! Faute d’avoir accès au site olympique à cause des restrictions sanitaires, l’équipe canadienne de bobsleigh a notamment utilisé la technologie VR pour simuler le parcours, multiplier les descentes et mémoriser chaque courbe jusqu’à la ligne d’arrivée. Toutefois, ce sont les skieurs qui semblent profiter le plus de cette technologie en ce moment. La Réalité Virtuelle permet de s’entrainer sous différentes conditions et sur différentes pistes, tout en répliquant la sensation de vitesse et en éliminant le temps de remontée! Ainsi, toutes les montagnes deviennent accessibles 365 jours par année sans avoir besoin de parcourir des milliers de kilomètres! Ça rend évidemment les entrainements plus écoresponsables, mais ça facilite aussi la conciliation avec les études et la vie de famille.

La technologie VR contribue également à la réadaptation en permettant de faire des entrainements plus en douceur, puisque les risques de blessure sont très faibles. Les athlètes peuvent donc reprendre l’entrainement plus tôt et s’assurer de garder les bons réflexes qui font la différence lors des compétitions. Il est aussi plus sécuritaire d’apprendre un nouveau geste ou de descendre pour la première fois une piste inconnue de façon virtuelle. En diminuant ainsi les risques de blessures, il est possible d’imaginer que la carrière professionnelle des athlètes pourrait s’allonger!

Si la technologie VR offre de nombreux avantages aux athlètes olympiques, imaginez ce qu’elle pourrait faire pour toutes les personnes qui font un métier dangereux ou à haut risque de blessures! Pour les équipes d’intervention de sécurité d’incendie, les secouristes ou encore les personnes travaillant en montage de ligne électrique, être capable de prendre la bonne décision en une fraction de seconde peut faire la différence entre la vie et la mort. Pourquoi ne pas leur offrir la possibilité de pratiquer le processus décisionnel des dizaines, voire des centaines de fois, dans plusieurs mises en situation différentes sans avoir besoin de mettre leur vie en danger?

La Réalité Virtuelle ouvre un monde de possibilité dans le milieu de l’apprentissage!

Contactez-nous!

Quelle compétence aimeriez-vous développer grâce au VR? Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Illustration de trois employeurs à la recherche de main d'oeuvre - e-Learning

E-learning, une réponse à la pénurie de main d’œuvre

Comment le e-learning peut-il aider les organisations à surmonter les défis de la pénurie de main-d’œuvre? C’est la question que nous voulons explorer dans cet article! Abordons le sujet à la lumière de faits saillants sur la pénurie de main-d’œuvre au Québec et au Canada.

 La pénurie de main-d’œuvre, un obstacle qui préoccupe les organisations

D’après l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises, au premier trimestre 2021, le tiers des organisations sondées s’attendaient à vivre une pénurie de main-d’œuvre (34,1 %) ou des difficultés de recrutement et de maintien en poste d’employés qualifiés (33,2 %) au cours des trois prochains mois.

Certains secteurs d’activité sont plus concernés que d’autres par cette problématique. Les entreprises qui redoutent le plus le manque de travailleurs œuvrent dans les domaines de la construction, le commerce de détail, le transport et entreposage, les services d’hébergement et de restauration.

Tableau de données sur la pénurie de main d'oeuvre au Québec, 2021

La première cause de rareté de la main-d’œuvre sur le marché du travail est la baisse soutenue de la population active au Québec et au Canada. Ce phénomène s’explique par le départ à la retraite de nombreux baby-boomers.

Une étude réalisée par la BDC indique que la stratégie privilégiée par les entreprises afin de contrer cette pénurie est d’engager des travailleurs moins qualifiés ou moins expérimentés puis de les former à l’interne.

Le développement des compétences en entreprise par l’intermédiaire de la formation en ligne se présente alors comme une solution.

Le e-learning, une solution flexible et autonome pour former rapidement

La pénurie de main-d’œuvre est un obstacle pour les organisations notamment parce qu’elle a pour effet d’augmenter la charge de travail des employés en poste. Une fois l’embauche réalisée, l’aide du nouvel élément est rapidement sollicitée par l’équipe pour rétablir une charge de travail équilibrée. Afin d’en garantir le succès, un arrêt par la case formation reste essentiel.

Le e-learning répond parfaitement à ce besoin de former rapidement les nouveaux employés grâce à la flexibilité du format asynchrone. Dès son entrée en poste, la nouvelle recrue peut, en toute autonomie, parcourir un catalogue de formations et acquérir les bases solides sur lesquelles débuter son intégration.

La formation en ligne permet, par sa complémentarité, de bonifier des séances de type mentorat. En effet, comme les notions élémentaires et générales sont déjà transmises au nouvel employé via les cours en ligne, l’enseignement du mentor peut alors se concentrer sur des connaissances tacites, sur des tâches plus complexes du travail ou tout simplement pour avoir le temps d’apprendre à travailler ensemble.

Au final, l’accueil et l’intégration d’un nouveau au sein d’une équipe mise sous tension par la pénurie peuvent être grandement facilités par le recours au e-learning.

Sources :
https://statistique.quebec.ca/fr/produit/publication/attentes-entreprises-quebec-premier-trimestre-2021-contexte-pandemie-de-covid-19#faits
https://www.bdc.ca/fr/a-propos/analyses-recherche/penurie-main-doeuvre

Contactez-nous!

Cet article a suscité un intérêt chez vous et vous souhaitez discuter de solutions e-learning adaptées à votre situation. Écrivez-nous dès aujourd’hui à l’aide du formulaire ci-dessous!


Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google. La Politique de confidentialité et les Conditions d’utilisation s’appliquent.


Laptop présentant l'interface de la première capsule de Civilité au travail

La civilité au travail, c’est la loi!

Depuis le 1er janvier 2021, les entreprises de compétences fédérales sont soumises à de nouvelles obligations, édictées par le Code canadien du travail, en matière de lutte contre le harcèlement et la violence en milieu de travail. En effet, les employeurs doivent, en respect de cette loi, garantir à leurs employés un milieu de travail exempt de harcèlement et de violence. C’est un jalon de plus vers des environnements de travail empreint de civilité.

Pour accompagner vos équipes dans la création ou le maintien d’un climat de travail respectueux, nous avons développé une formation en ligne destinée à outiller les employés et gestionnaires à cette fin. Composée de 5 microcapsules didactiques et d’une capsule d’évaluation des connaissances, la formation Civilité au travail engendre une prise conscience qui se traduit par un changement durable des savoir-être.


Illustration d'un homme discutant d'argent au téléphone devant son ordinateur portable

Combien coûte un cours en ligne?

On me demande souvent : « Combien ça coûte concevoir et produire un cours en ligne d’une durée de 30 minutes? ». À cela, je réponds toujours la même chose : « Combien coûte une pub de 30 secondes à la télé? ». Vous comprendrez donc que le coût dépend d’une multitude de facteurs…

Je vous propose donc trois questions à vous poser pour déterminer votre budget e-learning.

Première question, comment prévoyez répartir les ressources nécessaires?

Il y a plusieurs façons de collaborer avec des experts en e-learning, et selon les ressources dont vous disposez à l’interne, de leurs disponibilités et de votre échéancier, vous pourriez choisir de nous confier la conception ou une partie celle-ci. Ainsi, il se peut qu’un client nous fournisse son propre scénario, à réviser ou non, comme il est fréquent que les clients fassent appels à nos concepteurs pédagogiques pour produire un scénario à partir de contenu brut.

Maintenant, quel est le niveau d’interactivité souhaité?

Selon que les objectifs du cours sont formatifs ou informatifs, vous devez déterminer le niveau d’interactivité souhaité. L’interactivité peut être :
 nulle, avec un contenu animé strictement linéaire,
 limitée, avec par exemple un menu et des questions à choix multiples,
 modérée, on parle alors de questions à développement, de branchement, d’intégration d’éléments de contenus variés,
 ou immersive, avec de la rétroaction personnalisée, des simulations, des avatars, etc.

Bien sûr, nos experts sont là pour vous guider dans cette décision et s’assurer que le format choisi sert bien le contenu, mais il importe que cette décision soit prise en amont du projet puisqu’elle a un impact important sur le budget. Avec cette information en main, vous êtes maintenant en mesure de répondre à la question suivante :

Quel est le niveau de complexité de production?

La production comprend la scénarisation, le design graphique, l’intégration et la programmation. Une variété d’éléments en impacte le niveau de complexité. Parmi ceux-ci, nommons :

  • le niveau du contenu (de simple à expert),
  • les éléments graphiques (utilisation de matériel existants VS développement d’éléments graphiques personnalisés),
  • les besoins en navigation (linéaire, documents contextuels, branchements sur plusieurs scénarios),
  • le tournage de vidéos ou la prise de photos,
  • l’évaluation des apprentissage et l’utilisation d’une note de passage.

Ces informations servent à déterminer le nombre et l’expertise des ressources à assigner au projet, le nombre d’heures par personne pour chaque spécialité et les besoins en termes de ressources autres (comédiens, studio de narration et/ou de tournage, directeur artistique, etc.)

Il va de soi que les réponses à ces questions doivent être issues d’une discussion, avec des experts internes de même qu’avec votre partenaire e-learning préféré ! Il est important d’impliquer dès le départ toutes les parties prenantes afin d’assurer le partage d’une vision commune du produit final, un élément essentiel au bon déroulement du projet, dans le respect du budget alloué.

Pour plus d’informations sur nos services, n’hésitez pas à consulter cette section de notre site web ou contactez-nous!

– Ghislain Bélanger, Président et chef de la direction


Minka, plateforme de jeu sérieux

Minka, une plateforme de jeu sérieux

Minka, une plateforme de jeu sérieux au service de l’apprentissage

Pourquoi le jeu a-t-il une connotation puérile? Est-ce un snobisme de l’âge adulte de vouloir reléguer le jeu à du simple divertissement? C’est bien possible, car si l’on regarde au-delà de cet apriori, le jeu a beaucoup à nous offrir notamment dans le développement des compétences.

Chez Novaconcept, nous sommes convaincus que jouer est un levier très sérieux d’apprentissage en entreprise. C’est pourquoi nous avons développé MINKA, une plateforme de jeu collaborative et pédagogique. Comment cela fonctionne en deux phrases? Les apprenants regroupés en équipes rivales répondent à une série de questions organisées par niveaux. Des jokers et bonus aident et pimentent leurs parcours respectifs. En bref, la plateforme MINKA est basée sur une approche d’apprentissage ludique et fragmentée.

Presque convaincu de l’approche? Voici notre raisonnement.

Acquérir de nouvelles compétences est un processus qui demande à l’apprenant de s’investir. Un investissement en temps et en concentration qui rapporte peu dans l’immédiat, mais dont les résultats s’observent plutôt à moyen et long terme. La simple volonté d’apprendre pour apprendre est souvent mise à rude épreuve par l’accomplissement des tâches du quotidien. La motivation et l’énergie manquent quand vient le moment de se former.

Et si pour motiver les employés il fallait puiser dans un autre registre, aller chercher l’engagement sous une autre forme. Une forme où la récompense est plus immédiate, où l’effet de renforcement positif pousse à l’amélioration continue. Le jeu a cette faculté d’éveiller la motivation et de nous faire remuer les méninges.

Dans le jargon on parle de « gamification » ou ludification, c’est de dire l’ajout de design et mécanismes de jeu à des contextes qui en sont habituellement dépourvus.

La formation en ligne est particulièrement propice à la ludification, car des liens avec le monde du jeu vidéo peuvent facilement se tisser. Pour notre plateforme collaborative et pédagogique, nous avons misé sur deux mécanismes de jeu sérieux bien connu pour susciter l’engagement : la collaboration et la compétition.

  • La collaboration motive l’apprenant en ce sens qu’il créé spontanément un sentiment d’appartenance et un esprit d’équipe fort.
  • La compétition vient, quant à elle, chercher la motivation de l’apprenant qui veut se mesurer à ses adversaires de jeu et obtenir des résultats positifs.

Pour finir, n’oublions pas que la motivation a une dimension temporelle. Tout comme la concentration, la motivation de l’apprenant est décroissante lorsqu’elle est soumise au temps : donc plus le temps avance, moins l’apprenant est motivé. La solution : fragmenter le contenu en petites bouchées pour ne pas laisser le temps à l’apprenant de perdre sa soif d’apprendre. Les avantages de la fragmentation ça ne s’arrête pas là ; elle participe aussi à une meilleure rétention du contenu chez l’apprenant.

Une étude(1) a démontré qu’un groupe exposé à du contenu découpé en plusieurs morceaux, entrecoupés de questions, soit plus performant qu’un groupe exposé au même contenu, présenté en un bloc et suivi du même nombre de questions. En effet, une fois soumis à une évaluation a posteriori, le groupe d’apprenants soumis au contenu fragmenté a enregistré une réussite 20 % supérieure à l’autre groupe, tout en prenant 28 % moins de temps pour compléter l’évaluation. C’est plutôt significatif, n’est-ce pas?

Loin d’être enfantin, le jeu sait captiver, mobiliser et motiver. Ce sont des qualités que nous voulons mettre au profit du développement des compétences au sein des entreprises.

Pour en apprendre plus sur Minka, visitez le site web via le lien ci-dessous ou contactez-nous au minka@novaconcept.com

Références

(1) Kapp, F., Proske, A., Narciss, S., & Körndle, H. (2015). Distributing vs. blocking learning questions in a web-based learning environment. Journal of Educational Computing Research, 51(4), 397-416. doi:10.2190/EC.51.4.b


Prix Numix 2020 pour Une fois de Trop en collaboration avec L'inis

Un prix Numix pour Il était une fois de trop

Un prix Numix pour Il était une fois de trop!

Une excellente nouvelle pour Novaconcept, particulièrement la bienvenue au cours de l’année 2020, fut celle de remporter un prix Numix ! Celui-ci récompensait le projet Il était une fois de trop, un site web grand public réalisé pour le compte de l’INIS. Cette plateforme de sensibilisation contre le harcèlement dans le milieu culturel aborde le sujet dans toutes ses nuances. Car bien que le monde de la culture soit un milieu d’exceptions… il ne fait pas exception à la règle. Nous vous invitons à visiter la plateforme pour parcourir ce projet dont nous sommes très fiers.